Le «Thiouraye» , Arme de Séduction des Diongués


ROFOO», «TEULMA», «DIADI DIADI», «4 APPUISt», «Casse tout», etc. Si ces noms peuvent paraître étranges, elles occupent une place de choix dans l’arsenal érotique de la femme sénégalaise .

Ce n’est pas l’hiver dans ce pays semi-désertique. Mais, les mois de décembre et de janvier, il fait froid. Une période qui contraste avec la canicule habituelle que connaît le pays. Le froid est donc souvent l’occasion de paresser au lit, sous la chaleur d’une couverture, pour une grasse matinée apaisante.

Pour joindre l’utile à l’agréable, les épouses sénégalaises, friandes de coquetterie, profitent notamment de cette période pour donner une agréable senteur à la maison. Et pour retenir un peu plus longtemps leur compagnon au lit, elles ont un secret: l’encens, (Thiouraye en wolof)

Cette substance obtenue à partir d’un mélange de résine d’arbre et d’autres fragrances est, au côté des bin-bin (ceinture de perles), une arme de séduction pour les sénégalaises, particulièrement en période de froid

Le «Thiouraye » est brûlé dans un encensoir dégageant une fumée qui embaume agréablement toute la maison.On le trouve sur tous les marchés au Sénégal. Les vendeurs rivalisent d’originalité pour trouver des noms incitateurs et érotiques pour attirer la clientèle: «pobar minuit », «dieguema», «Modou Lo», «Ray Dioxogn», «Samedi soir»…

Pour les femmes en général être belle et sentir bon vont de pair. Pour les Sénégalaises, l’encens est incontournable pour séduire nos hommes et ces derniers ne nieront pas puisque le thiouraye détient des codes que seul les habitues connaissent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *